AR24 ne cesse d’innover : la blockchain en complément du gestionnaire de consentements

Publié le 28 avril 2020  —  Dernière modification le 28 septembre 2020

poignée de main blockchain

 

Du secteur bancaire, à celui de la santé en passant par la cryptomonnaie, la blockchain est une technologie de pointe pouvant être utilisée en complément de nombreux services. Elle vient accompagner aussi un des produits d’AR24 : le gestionnaire de consentement.

 

Dans cet article :

Le gestionnaire de consentement d’AR24 : comment ça marche

Un certificat de validité grâce à la blockchain

 

Le gestionnaire de consentement d’AR24 : comment ça marche

Le gestionnaire (ou module) de consentement est un outil mis en place par AR24 afin d’optimiser le recueil et la gestion des consentements des destinataires particuliers à leurs expéditeurs.

 

La jurisprudence veut qu’avant  de notifier un destinataire particulier à une adresse donnée, ce dernier ait donné son consentement exprès à l’expéditeur (conformément à l’article L100du Code des postes et des communications électroniques).

 

Le module de consentement se présente sous la forme d’un carnet d’adresses où les consentements obtenus et/ou refusés peuvent être :

1. Renseignés manuellement par l’expéditeur,

2. Délégués à AR24 qui se chargera pour l’expéditeur de demander le consentement de son destinataire ; une fois celui-ci obtenu ou refusé, il remontera automatiquement dans le carnet.

 

Pour chaque consentement obtenu via son service (option 2), AR24 génère une preuve de consentement. Il s’agit d’une preuve horodatée, qui atteste de la date et de l’heure du consentement, téléchargeable à tout moment par l’expéditeur.

 

Cette preuve est une garantie du consentement exprès du destinataire à recevoir des recommandés électroniques de la part de l’expéditeur. De cette manière, vous serez 100% conformes à l’article L100 du CPCE et vous bénéficierez de toute la protection juridique nécessaire.

preuve consentement ar24

 

Un certificat de validité grâce à la blockchain

AR24 souhaitait sécuriser au maximum les consentements obtenus par l’intermédiaire de son service.

 

Les lettres recommandées électroniques d’AR24 sont doublement protégées par un système d’horodatage et de cachet électronique, assurant leur véracité et leur non-altération. Dans le cadre des preuves de consentement d’AR24, l’objectif était le même : attester de l’authenticité et de l’impossibilité d’altérer ces preuves.

 

Comment le faire de manière sûre, automatisée et simple ? AR24 s’est tourné vers la technologie de la blockchain.

 

« La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. 

Par extension, une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne. » (Définition de Blockchain France)

 

La mise en place de la blockchain dans le processus de recueil du consentement via le gestionnaire d’AR24 propose ainsi le mécanisme suivant :

  1. Une fois un consentement obtenu, une preuve horodatée est générée.
  2. A minuit du même jour une empreinte de la preuve est ancrée dans la blockchain et un certificat qui atteste de cet ancrage est généré.
  3. Ce certificat atteste la validité de la preuve, sa non-altération, et que le consentement et sa valeur peuvent être retrouvés dans la blockchain.

 

AR24 se fait encore une fois véhicule d’innovation : l’amélioration quotidienne de ses services faisant appel à des solutions novatrices, transparentes et sécurisées, pour répondre aux besoins de ses utilisateurs.

Partagez cet article

Ces articles peuvent vous intéresser

Newsletter AR24

Restez informé au sujet des dernières actualités liées à la lettre recommandé électronique